Sunday, February 28, 2016

extraction de données dans excel - 20

Nous pouvons extraire des données dans Excel à partir de tout site Web ou document. Ce processus est connu comme ""la capture de données"". Alors, comment fonctionne ce processus?
Nous téléchargeons les informations de la liste des sites Web que vous spécifiez. Après cela, nous analysons les informations du site et nous trouvons les domaines concernés. Les champs sont ensuite insérés dans un fichier XLS que vous pouvez utiliser avec les bases de données, de logiciels ou de tout outil logiciel que vous préférez.

Ce processus peut vous faire économiser beaucoup de temps et d'efforts. Vous pouvez également essayer des outils gratuits qui extraient des données, mais ils ne seront pas très efficaces. Chaque situation est tellement différente, qu'il n'y a pas d'outil universel pour l'extraction de données. extraction manuelle de données ne sont pas une option dans la plupart des projets aujourd'hui parce que la quantité de données est trop grande. Nous vivons dans un monde plein de données et le travail manuel est une chose du passé.

Les données des boutiques en ligne peuvent être extraites avec une précision impressionnante. Articles et nouvelles peuvent également être extraites et surveillés automatiquement les changements ou mentions. Les coordonnées sont en effet très important. Nous pouvons trouver des e-mails en ligne que d'autres services ne peuvent pas trouver. De nombreux services à trouver la principale e-mail d'une certaine société. Cette adresse est inutile. Vous devez trouver les bonnes personnes dans la société si vous souhaitez promouvoir vos produits ou services. Voilà pourquoi notre service offre des informations que vous pouvez utiliser dans la réalité, pas seulement des chiffres potentiels.

Suivez-moi, et ne parlez pas ici. Faites comme si vous ne me connaissiez pas. C’est plus sûr.
D’accord, je te suis. Mais je te répète que je m’appelle
Liam.
Son diplôme de docteur en archéologie était trop récent, et il n'avait guère l'habitude d’être désigné par son titre.
Amusé par cette sorte de jeu de cache-cache auquel ils se livraient. Liant talonna le garçon à travers les étals du marché, puis le long de plusieurs ruelles désertes et écrasées de chaleur. 11 avait l’impression de tourner en rond, de s'éloigner de la gare routière puis de revenir par un autre chemin. Les maisons se ressemblaient toutes, avec les mêmes murs lépreux et des portes en bois identiques, où la peinture s’écaillait par plaques.
Nous ne sommes plus très loin, fit le garçon en se retournant.
Si tu le dis... Pouvons-nous parler maintenant, ou faut-il que nous gardions le silence encore ? le taquina Liam, qui était quand même conscient des risques.
Tafik ralentit le pas pour permettre à Liam d'arriver à sa hauteur.
Ça va, mais si vous voulez rejoindre Linnemann vivant, vous avez intérêt à parler moins fort. Ici, on n’aime pas beaucoup les étrangers. Et quand les Saoudiens se mettent en colère...
Où as-tu appris si bien notre langue ? Peux-tu me le dire maintenant ? s'enquit Liam d'une voix à peine audible.
Tafik s’arrêta une seconde, hésitant. Il n'avait pas décidé encore s’il souhaitait ou pas engager la conversation. La rue est la plus rude des écoles, et les erreurs d’appréciation se payent souvent très cher. Il répondit enfin :
Dans les puits de pétrole de Nafud. Je me suis élevé là- bas. A l’époque, je travaillais déjà pour un Américain. Il me payait mal, mais en dollars.
Que faisais-tu exactement pour lui ?
Des bricoles... Je faisais ses courses, mais, surtout, je me débrouillais pour lui procurer certaines choses que l’on trouve difficilement dans les camps pétroliers. Des cassettes vidéo porno, des fruits frais, du lait de chamelle... Des choses comme ça. Je gagnais ma vie dans la revente.
Tafik avait dit cela avec un haussement d'épaules. Ses jambes nues, maigres et bronzées, donnaient l'impression de porter un tronc trop lourd, disproportionné. Habitué à surnager dans un
milieu hostile, il était méfiant de nature. Tout en marchant, il épiait du coin de l’oeil les réactions de son nouveau “client”, et il crut déceler une trace de compassion dans la façon dont l'Irlandais l’observait. 11 poursuivit son chemin en serrant les poings et en crispant la mâchoire. Il détestait par-dessus tout la pitié des autres. Il était, et resterait toujours, une sorte d’animal étrange ou de paria. Mais Tafik vivait presque heureux, car il était pauvre, mais digne.
Ils étaient arrivés près d’une maison d’un seul étage, à la façade blanchie à la chaux. La porte était d’un vert pomme assez voyant, repeinte de frais.
Venez, c’est ici que loge George Linnemann, fit le garçon d’une voix détachée. Il avait ramené son client sain et sauf à destination. Ses sentiments personnels n’avaient aucune importance.
Précédé de Tafik. Liam traversa un couloir sombre et rentra dans une pièce aux volets clos, éclairée par un abat-jour en feutre.
George Linnemann se trouvait seul à l’intérieur. Il était assis à califourchon sur une chaise en bois au dossier droit.
Salut, Tafik. Tu en as mis du temps ! Tu n’as pas eu de problème ?
Aucun, boss, répondit le garçonnet en s'asseyant par terre sur un tapis posé près de l'unique fenêtre.
Linnemann se tourna ensuite vers l’Irlandais et le détailla avec l'insistance d'un maquignon qui évalue les possibilités d'une bête. La conclusion qu’il tira de son examen ne devait pas être particulièrement favorable, car il secoua la tête et soupira, mécontent, sans la moindre gêne.
Ainsi, c’est toi que le vieux Yoran envoie pour me porter secours... Bon, mets-toi à l’aise, dit-il résigné, en lui serrant la main sans conviction. En fin de compte, c’est lui qui me paye ! Je commencerai par te résumer la situation. Au moins, s’il m’arrivait quelque chose, tu sauras toujours où j’en étais dans mon enquête.
Je vous remercie, Monsieur Linnemann. Le cheikh Yoran m’a déjà raconté les grandes lignes.
Liam s'était rendu compte, bien sûr, que sa présence embarrassait l’Américain. C'était une intrusion que Linnemann n’appréciait que modérément. Sa première difficulté consisterait
donc à lui faire admettre que, d'une manière ou d'une autre, il n’était venu que dans le but de se rendre utile.
L'affaire se présente mal, commença l’Américain. Comme tu le sais, “ils” ont enlevé la petite fille de Yoran. Après un périple destiné sans doute à dépister d’éventuels poursuivants, ils se sont enfermés dans une villa située dans le quartier résidentiel de Médine. La maison est surveillée en permanence. J'ai compté cinq personnes se relayant sans interruption. Ce ne sera pas facile de la tirer de cet endroit...
Croyez-vous que la police ou l'armée saoudienne puissent intervenir pour les déloger ?
Ce serait de la folie. Dès que les ravisseurs remarqueraient l’approche des uniformes, ils auraient largement le temps d'égorger la petite et de s’évanouir dans la nature. Leur capture, d’ailleurs, ne m'intéresse pas. Je suis payé seulement pour remettre Irbit à son grand-père, si possible en bon état. Pas pour jouer les gendarmes. Nous sommes obligés de nous débrouiller seuls, tu comprends ?
Puis, comme Liam demeurait imperturbable, nullement impressionné par ses paroles, il ajouta :
Est-ce que tu sais te battre ?
J’ai fait mon service, comme tout le monde, répondit Liam évasivement.
Dans quel corps ?
Dans la marine.
Sa réponse ne parut pas satisfaire l'Américain.
Je suis persuadé que tu es animé des meilleures intentions, jeune homme, mais je ne crois pas que tu aies réellement mesuré les dangers de cette entreprise... Pour tirer la petite de là, il va falloir prendre d’assaut la villa et peut-être tuer ses occupants un par un, et cela sans faire de bruit pour ne pas alerter les autres.
“C’est un travail de professionnel. Même les hommes de Yoran ne sont pas habilités pour ce genre de "travail”. Et je doute fort que tu possèdes l’entraînement nécessaire pour...”
Monsieur Linnemann. l'interrompit Liam, fatigué d’être jaugé et sous-estimé, d’abord par le petit Tafik, et ensuite par l’Américain. Il savait qu'un archéologue n’incarne pas en principe l’archétype du guerrier prêt à tenter les plus folles aventures, mais il avait vu chez Yoran une photo encadrée de la jeune fille. Son visage radieux l’avait persuadé de voler à son secours. En outre, il s’était engagé à aider Yoran animé d'une impulsion généreuse; et maintenant, il se sentait entraîné malgré lui dans l’enchaînement de la violence. Il était trop tard pour faire machine arrière, mais son ton était très ferme quand il poursuivit :
Je n'ai pas fait tout ce chemin pour rester assis à vous attendre ! Je ne suis pas un matamore, loin de là, mais je saurai me défendre si besoin. Je pourrai au moins surveiller vos arrières. Et si vous avez une arme à me prêter, ne vous inquiétez pas, je m'en servirai s’il le faut !
Linnemann sourit, satisfait de la réaction de ce jeune néophyte. Honnêtement, il s’attendait à pire. Yoran lui avait simplement annoncé qu’il lui envoyait un jeune assistant irlandais. Et les jeunes sont souvent imprévisibles. Il devait s’avouer que celui-ci, avec cet air déterminé, avait déjà pris son parti. 11 préféra néanmoins confirmer cette impression.
Ne t’énerve pas. Je ne voulais pas te vexer. Mais j’aimerais que tu te mettes une seconde à ma place, docteur Tara.
Tara, s’il vous plaît, ou Li

No comments:

Post a Comment